Nouveau et innovateur : Le Festival International du Startup

Publié le Vendredi, 11 juillet 2014

Le Festival International du Startup

La 2e journée du Festival International du Startup s’est déroulée sous un soleil radieux au Vieux-Port de Montréal, dans une ambiance très décontractée. Comme on nous l’a laissé entendre dès les premières minutes, le monde des « Startup » (entreprises en démarrage) est un univers dynamique, où « tout est nouveau et innovateur ». Il y a quelque chose de très intéressant et de très positif à observer cette communauté, pleine de volonté, d’optimisme, d’énergie et d’espoir, particulièrement lorsqu’on sait que beaucoup de nouvelles entreprises ne vont pas réussir.

Des conseils, des points de vue d’experts… et des gagnants

Plusieurs conférenciers ont occupé la matinée; leur provenance et leurs champs d’expertise étaient très diversifiés, ajoutant une variété captivante à ces initiés triés sur le volet. Nous avons également dévoilé les gagnants de notre concours, dont le prix totalisait plus de 30 000$. Voici un résumé de la journée :

Dave McClure, 500 Startups

Le premier à prendre la parole, cet investisseur de la région de San Francisco a tout de suite su éveiller l’auditoire, avec son humour noir et son langage plutôt salé. Il nous a entretenus des avantages et des inconvénients pour une petite entreprise de demeurer au sein d’un marché local versus d’essayer de percer les marchés étrangers. Ses conseils : si on ne parle pas la langue ou qu’on ne connaît pas le marché, ou encore si son marché local est suffisant, il vaut mieux ne pas faire le saut. Selon lui, environ 1% de la population a le potentiel de créer et de diriger une entreprise capable de générer 10 millions de dollars par année en revenus.

Guy Rosen, Facebook

Le discours de ce directeur de produits était plutôt axé sur l’aspect humain derrière les entreprises en démarrage : « Si votre équipe est super, les investisseurs vont trouver un moyen ». Selon lui, il est important de demeurer solide et stable en face de ses employés, même si intérieurement le doute et le stress nous rongent. Il a affirmé que lorsqu’il a fondé son entreprise, Onavo (maintenant intégrée à Facebook), il n’aurait « pas survécu » sans son co-fondateur qui pouvait partager la charge avec lui. Il croit en l’importance de dire ces choses, de pouvoir exprimer les aspects difficiles de ce milieu.

John Stokes, Real Ventures

Cet investisseur montréalais nous a donné un petit « cours 101 » de comment « faire un pitch », c’est-à-dire comment présenter et vendre son entreprise en démarrage à des argentiers potentiels. Ses conseils, très directs et pratiques, mais non dénués d’humour : il faut raconter une belle histoire, être réaliste face à la taille de son marché potentiel et savoir piquer la curiosité. Il faut aussi : mettre de l’avant les brevets, s’il y a lieu, fournir des scénarios d’utilisation réels, montrer le point faible de l’entreprise… et comment y remédier. C’est lui qui a lancé « la » citation de la journée : « Le pluriel du mot anecdote, ce n’est pas données ».

Matthew Bishop, The Economist, et Ruma Bose, auteure et entrepreneure en série

Leur discussion fort intéressante portait sur l’ « Impact Investing », qu’on pourrait aussi appeler investissement social. Selon Bishop, qui est responsable du bureau de New York pour le vénéré magazine économique britannique, il s’agit d’un marché avec un potentiel extrêmement élevé, qui ajoute une certaine « mission sociale » à la nécessité de générer des revenus. Il a identifié les secteurs les plus importants de ce marché émergeant pour le commerce au niveau mondial : le vieillissement de la population, les migrations, la transformation entre un mode de vie rural et un mode de vie urbain.

Mohammed Hage,  Fermes Lufa

Après la pause du midi, l’entrepreneur a pris la parole dans une formule plus intime. Il a décrit son entreprise fondée en 2011, et qui allie l’agriculture, la technologie et l’écologie. Lufa possède 2 immenses serres sur les toits d’édifices industriels dans la région de Montréal, ce qui permet de cultiver plus de 40 variétés de légumes durant toute l’année.

Son principe fondateur : « Cultiver la nourriture là où se trouvent les gens ». Avec l’aide de partenaires locaux et bios, ils fournissent des paniers de légumes et d’autres produits frais à plus de 4 000 foyers chaque semaine, livrés dans plus de 150 points de chute.

Culture hydroponique, récupération de l’eau, contrôle de la température, de l’humidité et de la pression atmosphérique, contrôle biologique des insectes suivi par un logiciel; tout a été pensé dans cet environnement qui peut plus rappeler un laboratoire qu’une ferme traditionnelle.

L’entreprise qui suscite beaucoup d’admiration dans le milieu est profitable, et cherche à prendre de l’expansion; Boston serait le prochain marché visé.

Notre concours : les gagnants!

C’est aujourd’hui qu’avait lieu la sélection de l’entreprise gagnante du concours organisé par Vidéotron Service Affaires et MAtv.

Les trois entreprises en démarrage suivantes ont été sélectionnées parmi les plus prometteuses provenant du Québec :

  • Heddoko, qui fabrique des vêtements intelligents pour évaluer les mouvements en temps réel. Ce produit qui s’adresse aux athlètes leur permet ainsi de corriger précisément leurs mouvements et d’arriver à une performance optimale.
  • Neuroscan Pro, une application mobile qui permet aux médecins comme aux parents d’évaluer le risque d’autisme et la sévérité des symptômes chez les enfants de manière non invasive, en une seule minute.
  • Navut, un service en ligne permettant aux nouveaux arrivants de trouver le quartier qui leur convient, puis d’obtenir toutes les ressources nécessaires à leur installation dans leur nouvelle ville.

Après délibération, le panel composé de Steve Bérard, Directeur principal, Partenariat stratégique et Laboratoire d’innovation chez Québecor Média, de Louis-Philippe Roux, Vice-Président, Marketing Affaires chez Vidéotron Services Affaires, et de Steve Desgagnés, Directeur principal chez MAtv, ont finalement sélectionné Navut comme entreprise gagnante. Le choix a été difficile car chaque entreprise représentait un coup de cœur.

Félicitations aux co-fondateurs de Navut, deux jeunes entrepreneurs originaires du Brésil, qui remportent des locaux pour piloter leur entreprise à la Maison Notman durant 3 mois, ainsi qu’une visibilité importante dans plusieurs médias. À ne pas manquer, l’entrevue qu’ils ont accordée à MAtv suite au dévoilement des prix. Celle-ci, enregistrée sur place au Festival, sera diffusée sur les ondes de MAtv entre le 15 et le 27 juillet prochain.

Nous publierons bientôt un billet sur chacun des 3 finalistes du concours; c’est à ne pas manquer!

Auteur :
Vidéotron Service Affaires

Vidéotron Service Affaires

L'équipe de Vidéotron Service Affaires.


Articles en relation :

Une réponse dans “Nouveau et innovateur : Le Festival International du Startup

  1. Navut

    Participer du festival était une expérience incroyable pour Navut. Nous sommes très fiers d’être les gagnants du prix de Vidéotron et de faire partie de cette incroyable communauté de startups.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>